Actualités

26
May

La force douce – Portrait de Sandrine Gashonga

Texte et photo : Ane Erézué

27 ans après le début du génocide au Rwanda, Sandrine Gashonga, survivante de l’Hôtel Mille Collines a fait de la lutte antiraciste et la compréhension interculturelle l’œuvre de sa vie. Avec sa force douce elle progresse par le moyen d’une insistance, d’une visibilité, d’une présence et de beaucoup d’information.

Dotée d’un master en philosophie, des degrés en médiation, en communication et compétences interculturelles et sophrologie, Sandrine gère depuis 2014 son activité indépendante au nom de Sandrine Gashonga – Consultante et formatrice antiraciste et interculturelle. Elle est aussi fondatrice et présidente de l’association féministe et antiraciste Lëtz Rise Up et l’organisatrice des manifestations Black Lives Matter au Luxembourg en 2020. Dernièrement, elle a intégré la coopérative et couveuse d’entrepreneurs CoBees où elle a trouvé un soutien administratif et entrepreneurial pour développer davantage ses activités.

Devenue incontournable dans le débat antiraciste et interculturel au Luxembourg, Sandrine travaille dur et de manière déterminée pour informer et rendre conscient le public luxembourgeois sur l’état et la réalité du quotidien des gens racisés au Luxembourg. Entre webinaires, visioconférences, formations dans les entreprises et associations, organisation d’évènements et la médiation interculturelle, elle cible tous les niveaux de la société luxembourgeoise.

Sandrine explique que dans son travail elle utilise des modèles issus des luttes pour la justice sociale et l’équité plutôt que les approches « diversité », car elle est convaincue que le pouvoir et les privilèges sont l’expression des dynamiques du racisme et de l’oppression. « Les modèles que j’utilise permettent de mettre en évidence les privilèges institutionnels et les inégalités systémiques ancrés dans les conditions sociopolitiques actuelles, et qui influencent et affectent nos institutions. » 

Avec sa voix calme et grave et son regard posé, Sandrine dégage une forte présence et une écoute attentive. Elle pèse bien ses mots avant de répondre aux questions. Sa sagesse, sa patience et son approche cartésienne se mêlent à une inébranlable conviction et une détermination de changer la situation actuelle des gens racisés au Luxembourg. Son objectif est de tous nous emmener au-delà des différences à une entente commune « dans un monde où chaque être humain est vu et apprécié pour ce qu’il est, ses talents, ainsi que sa contribution à la société. »

Sandrine explique qu’au niveau mondial ou luxembourgeois « on ne peut pas aborder la question du racisme d’un point de vue structurel sans aborder le rapport entre capitalisme et racisme. Des industries entières ont pu commencer à se développer grâce à la traite transatlantique : les armes, le textile, la construction navale, etc. Surtout, la traite et le commerce triangulaire ont permis l’accumulation de capitaux qui, combinée à d’autres facteurs, a contribué à l’émergence et au développement de l’économie capitaliste. »

Malgré son aspect « multikulti », le Luxembourg a aussi joué son rôle dans cette dynamique et le pays continue même aujourd’hui ce fonctionnement dans certaines sphères de la société, éclaircit Sandrine. « Ce que ressentent les gens racisés au Luxembourg est en lien direct avec ce passé. Le Luxembourg se veut un pays multiculturel mais il a aussi participé à la colonisation du Congo Belge. Pour Sandrine, il est crucial « qu’il faudrait au Luxembourg une prise de conscience à tous les niveaux de ce passé et de ses conséquences pour une partie de la population aujourd’hui. » Elle signale que cela concerne le racisme structurel dans les sphères de l’emploi, de la carrière et du logement mais aussi le racisme inconscient et les microagressions dans la vie courante. Souvent Sandrine rencontre une incompréhension dans les entreprises par rapport au racisme structurel où l’on souhaite seulement aborder les microagressions. Elle insiste sur le fait qu’il faudrait un travail beaucoup plus approfondi d’information et de prise de conscience qui englobe toute forme de racisme. 

« Je comprends et j’enseigne que si nous ne sommes pas responsables des inégalités auxquelles les personnes racisées sont confrontées, il nous incombe de changer les structures qui le permettent. Si nous interrogeons et transformons les politiques et pratiques institutionnelles qui continuent d’exclure et d’affecter les personnes racisées et si nous déballons et démantelons le système du racisme avec vigilance, nous créerons une culture institutionnelle dans laquelle chaque membre de la communauté s’épanouit. »

C’est une approche résiliente de quelqu’un qui a vécu l’un des pires régimes oppressants de l’histoire du monde. Elle a vu sa société et ses droits disparaître en peu de temps et a survécu à un génocide sans précédent contre son peuple. Son voyage vers le Luxembourg a commencé à l’hôtel Mille Collines à Kigali au Rwanda où elle a subi un cauchemar en attendant d’être évacuée par les forces des Nations Unies pendant que le directeur de l’hôtel faisait tout son possible pour protéger la vie de presque 1.300 réfugiés contre les atrocités commises devant ses portes. Passant par l’Italie et ensuite la Belgique, elle s’est finalement installée au Luxembourg. Grâce à son travail et ses expériences dans le milieu universitaire, associatif et financier Sandrine a tracé sa nouvelle vie et elle a su faire de son passé sa force.

Une autre importante partie du travail de Sandrine consiste également à aider et soutenir les gens racisés à s’émanciper, se mobiliser et défendre leurs droits pour ne pas rester dans un rôle éternel de victime. C’est son vœu que les communautés qui subissent le racisme s’engagent et s’investissent d’avantage et trouvent plus de confiance en eux-mêmes. Elle espère inspirer à la création d’un grand nombre d’organisations antiracistes au Luxembourg dans les années à venir.  « L’équité véritable implique le renforcement des capacités internes d’une organisation avant de développer un plan d’action associant les individus et la communauté. Le renforcement des capacités implique la formation continue de tous les acteurs, y compris les dirigeants, et la création d’espaces de soutien. »

Et son travail a porté ses fruits. En juillet 2020 la chambre des Députés a adopté trois résolutions concernant le racisme au Luxembourg. D’abord une résolution qui va accroître les compétences et les moyens du Centre pour l’Égalité de Traitement. Ensuite une résolution sur l’élaboration d’une étude sur le phénomène du racisme au Luxembourg afin de développer une stratégie de lutte cohérente. Et finalement une résolution pour dresser un état des lieux concernant les politiques antidiscriminatoires dans tous les domaines pour pouvoir élaborer un plan d’action national contre le racisme qui aborde des domaines tels que l’éducation, la santé, l’emploi, la police, les services sociaux, le système judiciaire, la participation et la représentation politique.

En matière de communication interculturelle, selon Sandrine on porte tous la solution en nous car comme elle dit « c’est juste une différence interculturelle. Il faut arrêter de juger les comportements des personnes de culture différente, d’écouter les personnes concernées et s’engager dans un dialogue. »

Petite, Sandrine Gashonga rêvait de devenir professeur. Aujourd’hui elle compte parmi ses succès de rester fidèle à ses valeurs et pouvoir se mettre en avant et parler ouvertement de ces valeurs. Le Luxembourg est devenu sa salle de classe où elle travaille inlassablement pour améliorer la vie des gens en enseignant le respect et la bonne entente. Avec force et douceur.

https://www.sandrine-gashonga.com/

https://www.linkedin.com/in/sandrine-gashonga-30331228/

https://uni-lu.academia.edu/SandrineGASHONGA

You are donating to : Greennature Foundation

How much would you like to donate?
$10 $20 $30
Would you like to make regular donations? I would like to make donation(s)
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
paypalstripe
Loading...