Actualités

17
Dec

Portrait Ahoua Eve Bakayoko

La force de la liberté

Texte : Ane ErézuéPhoto : Ahoua Eve Bakayoko

Derrière la marque de cosmétique naturelle et éthique MissBak se trouve Ahoua Eve Bakayoko, une jeune femme visionnaire et passionnée avec une volonté de fer et un goût pour la liberté.

Depuis l’ouverture de MissBak en 2019, Ahoua ne cesse de développer ses produits et agrandir sa gamme et ses services. Avec énergie et force, elle œuvre entre ses fournisseurs, sa production, son pop-up store, ses ateliers, ses conférences et webinaires et sa boutique en ligne.

MissBak produit et vend des soins de beauté naturels éthiques et sans produits toxiques. Elle achète ses matières premières chez des coopératives en Côte d’Ivoire d’où elle est originaire. Elle surveille et s’engage continuellement dans le fonctionnement et le bien-être de ces coopératives et la transparence sur le processus de production et la composition des produits avec lesquelles elle est sur la voie d’obtenir la certification ECOCERT du commerce Équitable. Elle garantit une haute qualité de ses produits qui sont 100 % naturels, non testés sur les animaux, conditionnés dans des ateliers protégés dans un packaging zéro déchets.

Elle propose des soins corporels à base d’un seul ingrédient tel que le beurre de karité, l’huile de coco ou le beurre de cacao. Sont également en vente des shampooings et déodorants solides, des coffrets de cosmétique à faire soi-même ainsi que divers accessoires faits main. Elle donne régulièrement des ateliers de fabrication de cosmétique maison et offre des accompagnements personnels pour une peau plus saine.

La liberté de choisir

C’est en devenant maman qu’Ahoua a ouvert les yeux sur les longues listes d’ingrédients dans les produits de beauté et dans la nourriture. Quand son fils a été diagnostiqué du trouble du spectre autiste avec multiples allergies et intolérances alimentaires, elle a compris par ses recherches qu’une utilisation régulière de ces ingrédients avait des effets néfastes sur l’organisme humain et elle a commencé à chercher des solutions plus pures et moins toxiques. Ses recherches l’ont ramenée vers ses propres origines car « en Côte d’Ivoire l’irritation de la peau se traite très souvent à l’aide de remèdes naturels. » L’arbre de karité pousse uniquement en Afrique de l’Ouest et c’est une fierté en Côte d’Ivoire. L’amélioration chez son fils et sur elle-même, lui a donné la confiance de montrer ses découvertes au monde. Elle sentait fortement le désir « d’apporter un impact positif dans la vie des autres, même le plus petit. »

En même temps, Ahoua trouvait difficile de concilier sa carrière dans le secteur de la finance avec son rôle de mère célibataire. Après dix ans de vie professionnelle, elle sentait le besoin d’être plus flexible et plus indépendante et de « redonner un sens humain à [sa] vie. Car [sa] vraie vie commençait à la maison ». Avec une maîtrise en administration économique et sociale et un master en audit financier et comptable, elle avait tout le savoir nécessaire pour devenir entrepreneure et elle n’a pas mis longtemps à trouver le courage de se lancer dans cette nouvelle aventure. En 2018, elle a demandé un mi-temps ce qui lui a permis de bien préparer son lancement. Elle a fait des études de marché et trouvé une communauté et de l’inspiration. Une série de formations au sein du Programme Impuls chez Nyuko (un service d’accompagnement gratuit pour entrepreneurs souhaitant créer leur entreprise au Luxembourg) et l’adhésion au sein de la coopérative et couveuse d’entrepreneurs CoBees ont été un grand booster pour Ahoua qui a finalement lancé MissBak en 2019.

Quand Ahoua cherchait quel nom donner à son projet c’est une copine d’enfance qui lui a rappelé son surnom d’enfance MissBak, court pour son nom de famille Bakayoko. « J’ai tout de suite flashé sur ce nom. Pour moi, il représente la simplicité, l’authenticité et le chez moi. » Ahoua a ainsi lié ses compétences dans la finance avec la tradition et le savoir-faire de ses origines. « Tout s’est alors mis en place, et j’ai pensé à la façon dont je pourrais aider tout en soutenant notamment les femmes en Côte d’Ivoire, qui sont celles qui produisent du beurre de karité. » Pour Ahoua c’est ce « pouvoir dans la tradition et la nature » qui est à la base de son entreprise.

La liberté de partir

Les débuts de son entrepreneuriat ont été durs, elle ne le nie pas. Il y a eu beaucoup de challenges, mais elle a trouvé une flexibilité et une indépendance qui a considérablement amélioré la qualité de vie pour elle et son fils. Ahoua avance avec son entreprise « les pieds sur terre » en se répétant que « si on a la passion, on a la volonté. » Elle est très consciente que c’est son passé et son éducation en Côte d’Ivoire qui ont forgé cette forte volonté chez elle.

Ahoua est née près de Paris mais a passé toute son enfance à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, à jouer avec les autres enfants au bord de la lagune Ébrié. « J’ai été élevée comme un garçon et j’ai reçu une éducation assez stricte et dure. On m’a montré que la vie n’est pas facile, il faut se battre et moi je savais ce que je voulais. »

Étant l’aînée de huit frères et sœurs, Ahoua s’est vite trouvée responsabilisée pour s’occuper des plus petits. Adolescente, cette privation de liberté pesait sur Ahoua et elle a travaillé très dur pour bien réussir son baccalauréat qui représentait pour elle le ticket vers la liberté personnelle. Son baccalauréat en poche, elle est partie en France, à Strasbourg pour entreprendre des études économiques.

Toutefois l’aventure a vite montré sa face cachée. Ahoua a vécu un vrai choc culturel les premiers temps en France. Le froid, la solitude, l’attitude réservée des citoyens l’avaient surprise mais c’est surtout le racisme qu’elle n’avait jamais vécu en Côte d’Ivoire qui l’a fortement choquée. Pendant ses études, elle s’est accroché grâce à la force de son éducation et sa volonté et une phrase toujours répétée par ses parents « quel que soit la longueur de la nuit, le soleil finira toujours par se lever. »

La liberté d’être

En 2008, ses études terminées, Ahoua a décroché un stage au Luxembourg et elle découvre un marché de travail et un quotidien qui est plus accueillant. Ahoua explique que « bien que présent, il y a moins de racisme au Luxembourg qu’en France et [elle]a pu trouver du travail sans problèmes. Cependant, [elle]a bien senti le plafond de verre (expression pour dire que les niveaux supérieurs de la hiérarchie ne sont pas accessibles à certaines catégories de personnes). [Elle] a aussi bien compris qu’il fallait travailler dix fois plus que les autres pour réussir et être acceptée. »

C’est en nouant son expérience professionnelle européenne avec ses origines ivoiriennes qu’Ahoua trouve son équilibre et sa liberté. En faisant de son entrepreneuriat « un projet social d’accompagnement de coopératives ivoiriennes vers une agriculture responsable et une certification commerce équitable » elle vise à marier la production locale de ressources pures et peu transformés avec une demande croissante du marché européen de produits authentiques, naturels et durables. Aussi, en proposant à ses clients des ateliers de fabrication de cosmétique maison, elle partage son goût pour la liberté en leur donnant les outils pour devenir indépendants des industries de la cosmétique et des produits transformés et synthétiques.

Maintenant que MissBak commence à être une référence au Luxembourg, Ahoua continue à chercher sa liberté. Sur le long terme, elle rêve de pouvoir partager sa vie entre la Côte d’Ivoire et le Luxembourg et d’atteindre un marché plus vaste sans toutefois abandonner une production à petite échelle, voire avoir même sa propre plantation. Toutefois, il reste très important pour elle que le cœur de son projet reste authentique et naturel et elle ne désire aucunement mettre en œuvre une production industrielle. Pour le moment, elle a entamé les démarches pour obtenir un agrément SIS (Société à Impact Sociétal) et espère pouvoir dans un futur proche engager des employés, avoir sa propre boutique physique et lier plus de partenariats.

Comme dit Ahoua, MissBak c’est du cœur et de la terre. Il faudrait aussi ajouter beaucoup de liberté et on obtient des produits luxo-ivoiriens pures, sains et naturels dans un emballage de passion et volonté lié par une force de liberté.

Pour en savoir plus :

www.missbak.com

You are donating to : Greennature Foundation

How much would you like to donate?
$10 $20 $30
Would you like to make regular donations? I would like to make donation(s)
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
paypalstripe
Loading...